Albert Camus - La Peste [critique]

30/4/2019

Régulièrement cité parmi les vingt meilleurs romans de tous les temps, je me suis enfin décidé à exhumer La Peste du tas de livres poussiéreux victimes de ma frénésie d'achat, livres qui attendent sagement que je me décide enfin à les lire après les avoir ramenés chez moi, triomphant, pour aussitôt les abandonner au profit d'autres ouvrages. Si parfois en lisant un de ces livres je me dit : « Mais pourquoi avoir attendu aussi longtemps ? », je dois avouer que ce n'est pas le cas ici et que le célèbre roman d'Albert Camus publié en 1947 aurait pu rester dans ma PAL encore quelques temps sans que cela ne soit un regret après coup...


Oran dans les années 40. En pleine période de l'Algérie française, la cité portuaire située dans le nord-ouest du pays est frappée par une épidémie de peste. Le narrateur du roman va alors, sous forme de chronique, raconter au lecteur la vie quotidienne des habitants, et notamment celle du docteur Rieux, protagoniste principal du récit, pendant cette épidémie qui les coupe du monde extérieur.


LA PESTE, UN ROMAN À LA RÉPUTATION SURFAITE ?

Tout d'abord, je dois confesser que si le livre est bien une analogie à la montée du nazisme en Europe comme j'ai pu le lire ici ou là, et bien je suis passé complètement à côté de ce point, ne lisant dans le récit du docteur Rieux rien d'autre que son sujet, la peste.

Je me suis également quelque peu ennuyé en lisant ce roman qui, s'il est bien écrit et jouit d'une construction intelligente, me semble bénéficier d'une réputation que j'oserais qualifier de surfaite. Cela est très certainement dû au fait que je le lis hors du contexte de l'époque de son écriture/publication, mais même en ayant conscience de ce contexte, je n'arrive pas à le trouver aussi merveilleux que tout ce que j'ai pu lire à son sujet. Les signes avant-coureurs de la maladie arrivent, les cas sont de plus en plus nombreux, l'épidémie monte en flèche jusqu'à atteindre son paroxysme, puis stagne, et enfin régresse jusqu'à disparaître.

Pas de quoi fouetter le chat de la couverture, vraiment !


A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

La Peste
Albert Camus
La Peste
1947
288 pages

À Propos de l'auteur

Né le 7 novembre 1913 à Mondovi (aujourd'hui Dréan), en Algérie, Albert Camus est mort accidentellement le 4 janvier 1960 à Villeblevin, dans l'Yonne.

Écrivain, philosophe, romancier, dramaturge, journaliste, essayiste et nouvelliste, Albert Camus a été engagé dans la résistance française.

Son œuvre comprend des pièces de théâtre, des romans, des nouvelles, des films, des poèmes et des essais dans lesquels il développe un humanisme fondé sur la prise de conscience de l'absurde de la condition humaine, mais aussi sur la révolte comme réponse à l'absurde, révolte qui conduit à l'action et donne un sens au monde et à l'existence, et « alors naît la joie étrange qui aide à vivre et mourir ».

Il reçoit le prix Nobel de littérature en 1957.

Albert Camus