American Horror Story - saison 5 [décryptage]

7/6/2018


Ayant perdu Jessica Lange, American Horror Story fait face à un défi de taille au moment de débuter la production de la cinquième saison : qui intégrer au casting pour « remplacer » la talentueuse actrice qui a porté les trois premières saisons sur ses épaules ? La réponse de Ryan Murphy (le producteur du show) sera d’engager une superstar en la personne de Lady Gaga – superstar, certes, mais pas super actrice pour autant, loin s’en faut. Ajoutez à cela un scénario qui s’éparpille un peu trop, et vous obtenez une saison moyenne. Malgré tout, Hotel reste largement au-dessus de Freak Show, la saison précédente, qui était pour le coup une véritable déception.

American Horror Story : Hotel


DE QUOI ÇA PARLE ?

Los Angeles, à notre époque. Elisabeth Johnson (Lady Gaga), dite la Comtesse, dirige d’une main de fer l’hôtel Cortez, un lieu énigmatique où les phénomènes paranormaux sont légion. Son passe-temps préféré ? Égorger certains des clients de l’établissement pour boire leur sang.

Suite à une enquête sur une série de meurtres macabres, l’inspecteur John Lowe (Wes Bentley) va être amené à s’intéresser de prêt à l’hôtel Cortez. Il va alors découvrir l’envers du décor et faire connaissance avec les différents employés et résidents de l’hôtel, tous plus mystérieux les uns que les autres.

American Horror Story : Hotel


LE DÉCOR LE PLUS GRANDIOSE DES CINQ PREMIÈRES SAISONS

Pour les besoins du tournage, la production a tout simplement fait bâtir un décor grandiose et somptueux. Véritable personnage à part entière, les financiers n’ont pas lésiné sur les moyens pour donner vie à l’hôtel Cortez : vestibule immense, dédale de couloirs, ascenseur fonctionnel, décoration Art Déco aussi belle qu’inquiétante, etc. Le résultat est bluffant et à ce point réel que même Ryan Murphy peinait à trouver la sortie lorsqu’il visitait le plateau !

American Horror Story : Hotel


ERREUR DE CASTING

Il est vraiment difficile de comprendre les raisons ayant poussé le jury des Golden Globes à récompenser Lady Gaga pour son interprétation d’Elisabeth Johnson dans cette cinquième saison de la célèbre série d’épouvante. En effet, son jeu mécanique et sans nuances est bien pâle à côté des prestations dantesques de certains de ses comparses, Denis O’Hare en tête. Crâne rasé, visage ridé, tout en paillettes et maquillage, l’acteur américain campe de manière remarquable un travesti torturé, barman de l’hôtel lisant Proust en français et toujours prompt à écouter les problèmes existentiels des tueurs psychopathes en train de se désaltérer. Liz, c’est son nom, est sans conteste le personnage le plus réussi du show et l’interprétation brillante de Denis O’Hare y est pour beaucoup.

Si d’un point de vue esthétique cette cinquième saisie est très aboutie – la photographie, les décors et les costumes sont splendides ; la réalisation, tout en travellings et objectifs « fisheye », est angoissante à souhait –, c’est au niveau de l’histoire que le bât blesse. Faute de scénario convaincant, la forme l’emporte sur le fond ; le récit s’éparpille (un tueur en série, une vampire libidineuse, un travesti en manque d’amour, un flic paumé qui tente de sauver son couple, etc.) et le tout manque de liant.

American Horror Story : Hotel

EN RÉSUMÉ

Après une quatrième saison décevante, American Horror Story redresse un peu la barre avec Hotel, mais n’arrive cependant pas à retrouver le lustre des trois premiers chapitres de la série. Sans être déplaisante, cette cinquième saison s’éparpille un poil trop pour pouvoir passionner.


A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

<