Breeders - saison 1 [décryptage]

8/7/2020


Série américano-britannique, Breeders est co-diffusée par FX aux États-Unis et Sky One au Royaume-Uni. En France, C'est Canal+ qui a acquis les droits de diffusion et qui propose la série à ses abonnés. Fidèle à sa réputation, la chaîne à péage française ajoute à son catalogue une série de qualité de plus.

breeders_saison_1


DE QUOI ÇA PARLE ?

Paul (Martin Freeman) pensait être un homme calme et aimant, capable d’élever ses enfants en toute sérénité et sans difficulté. Sa triple paternité pourrait bien lui prouver le contraire et remettre en cause ses croyances et ses intimes convictions… (Allociné).

breeders_saison_1


THE OFFSPRING

Avec un humour so british dévastateur, Breeders traite la parentalité sous un angle inédit. En effet, la série occulte à dessein tous les bons côtés de la chose pour mettre en avant un couple en proie aux doutes et très souvent débordé par sa fonction de parents. Cela donne lieu à des situations cocasses et à des scènes brillamment écrites et interprétées – Martin Freeman est parfait dans le rôle d'un père de famille aimant mais épuisé par ses enfants. 

breeders_saison_1


UNE SÉRIE RÉALISTE ET TOUCHANTE

Confortablement installé dans votre canapé, Breeders va tour à tour vous faire rire aux éclats et vous émouvoir. Ascenseur émotionnel, la série sonne juste en mettant en scène des situations réalistes. Les parents qui aiment leurs enfants mais qui sont débordés et qui parfois ont juste envie de s'en débarrasser pour retrouver calme et tranquillité, c'est le lot quotidien de tous les parents, non ? En tout cas, si c'est le votre, cette première saison de Breeders va forcément vous plaire !

breeders_saison_1

EN RÉSUMÉ

Dramédie cynique et jubilatoire, Breeders est la série parfaite pour les gens qui, comme moi, n'ont pas d'enfants et n'en veulent pas. Les parents, eux, risquent de pleurer et regretter leur progéniture !


A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

after_life_saison_2
smilf_saison_2
dark_saison_3