Dark - saison 1 [décryptage]

8/12/2017


Première série originale Netflix produite en Allemagne, Dark débarque sur la plateforme de streaming précédée d’une réputation dithyrambique. Sombre, fantastique et de plus en plus captivante à mesure que les épisodes défilent, la série est une réussite totale et figure en bonne position parmi les meilleures productions Netflix, aux côtés de Strangers ThingsNarcos et House of cards.

Dark - saison1


DE QUOI ÇA PARLE ?

Winden, 2019. Dans une petite ville Allemande à quelques kilomètres de l’Alsace, Mikkell, douze ans, disparaît sans laisser de traces aux abords d’une grotte, en pleine forêt. Cette disparition ressemble étrangement à des événements qui ont eu lieu trente-trois ans auparavant. Traumatisés, les habitants de la bourgade vont tenter de retrouver le jeune garçon, en vain. Cette chasse va alors faire émerger les péchés et les secrets de chacun…

Dark - saison 1


COMPLEXE MAIS PASSIONNANT

Lorsque vous vous installerez confortablement sur votre canapé pour démarrer le visionnage de Dark, un conseil, coupez votre smartphone pour ne pas être dérangé par les notifications inopportunes de ce dernier. En effet, si le script de la série imaginée par Baran bo Odar est passionnant, il est également assez complexe à suivre, du fait des nombreuses ramifications qui relient les différentes époques du récit entre elles. Mieux vaut donc être concentré uniquement sur son écran de télévision pour en saisir toutes les subtilités.

Dark - saison 1


UNE DISTRIBUTION TENTACULAIRE

Afin de construire un univers cohérent autour des voyages dans le temps et des va-et-vient entre 2019, 1986 et 1953, les auteurs de la série ont accumulé les recherches pour définir des règles strictes qui ont un fondement scientifique (dont nous ne parlerons pas ici pour préserver l’intérêt de la découverte de ces règles au fil des épisodes). Et s’il faut s’armer d’un peu de patience pour en saisir toutes les subtilités, il en faut également pour comprendre qui est qui et quels sont les liens familiaux entre les protagonistes. Et pour cause, pas moins de trente personnages différents déambulent dans la série ! De plus, en raison des sauts dans le temps, il n’est pas rare qu’un personnage soit interprété par deux voire trois acteurs différents en fonction des époques (incroyable casting qui, pour que la série soit crédible, a su dénicher des acteurs se ressemblant). Quand on vous dit de couper vos portables…

Mais une fois tout mis en place, il est tout bonnement impossible de lâcher la série ! Les épisodes s’enchaînent alors à mesure que les heures s’égrainent et le téléspectateur perd toute notion du temps, en même temps que toute vie sociale.

Dark - saison 1


ESTHÉTIQUE SOMBRE

La nuit et la pluie semblent omniprésentes dans cette ville allemande, renforçant le côté anxiogène de Dark. L’esthétique sombre – le titre de la série n’a pas été choisi par hasard – mise en place par le réalisateur et le chef opérateur joue à plein dans la réussite du show et dans l’addiction qu’il provoque. Léchées, les images dépeignent avec force et obscurité les passions humaines et les rebondissements du script et de nombreux plans fixes ultra structurés viennent souligner l’angoisse palpable des personnages.

Dark - saison 1

EN RÉSUMÉ

Atmosphère rétro, esthétique sombre et histoire fantastique passionnante, tel est le cocktail totalement addictif de Dark, la nouvelle pépite de Netflix.