Emily Fridlund - Une histoire des loups [critique]

7/10/2017

Emily Fridlund a grandi dans le Minnesota, où se déroule l’action de son premier roman, Une histoire des loups. Titulaire d’un doctorat en littérature obtenu à l’université de Californie, elle vit désormais dans la région des Finger Lakes dans l’État de New York et est professeur à Cornell. Étant quasiment les seules à éditer des romans estampillés nature writing en France, ce sont logiquement les excellentes éditions Gallmeister qui ont acquis les droits de cet ouvrage pour le proposer aux lecteurs français.


Madeline, quinze ans, est une adolescente un peu sauvage. Vivant avec ses parents à l’écart de la ville, elle passe ses journées à communier avec la nature, quand elle n’est pas à l’école. Lorsqu’une famille emménage sur la rive opposée du lac près duquel elle habite, la jeune fille se met à l’observer à travers ses jumelles. Bientôt, alors que le père de cette famille travaille au loin, la jeune mère propose à Madeline de s’occuper de leur fils Paul, quatre ans. Petit à petit, elle entre dans ce foyer qui la fascine. Mais sous l’apparent bonheur se cachent des choses que l’adolescente ne saisit qu’à moitié. Jusqu’à ce qu’il soit trop tard.


UNE HISTOIRE DE LA NATURE

Une histoire des loups est avant tout une histoire de la nature, qui se trouve être un personnage à part entière de l’ouvrage. Emily Fridlund s’attache, par le truchement de son personnage principal, à observer cette nature ; le roman comporte donc de nombreux passages où Madeline parle des animaux, décrit la forêt, les lacs, ou encore les ambiances que la nature fait peser sur ses locataires. Une immersion macrocosmique qui rebutera ceux que les descriptions poétiques ne touchent pas mais qui, au contraire, ravira les adeptes de la beauté sauvage de la nature.


UNE HISTOIRE D'AMBIANCE

Tout au long du récit, Emily Fridlund – il faut lui reconnaître ce talent – parvient à distiller des ambiances troubles qui plongent le lecteur dans un état particulier. En suggérant plus qu’en ne disant, elle enveloppe son récit d’une brume où la lente destruction de la famille parvient petit à petit au lecteur, à mesure que cette brume s’estompe. Malheureusement, le récit souffre de quelques scories, comme les passages où Madeline parle de sa vie d’adulte, passages qui n’apportent rien à l’intrigue et qui manquent cruellement d’intérêt.

Mais lorsque l’auteure s’attache à décrire les relations ambiguës qui lient les membres de la famille, égratignant sévèrement les religions au passage, à faire évoluer ses personnages dans un environnement sauvage, à croquer le personnage à la fois ingénu et cultivé de Madeline, alors le roman se révèle pour le moins prenant. Mais par moment seulement, ce qui est son grand défaut.

Une histoire des loups est un roman loin d’être déplaisant à lire, grâce à la grâce de la plume de l’auteure, mais malgré tout très loin du best-seller annoncé par l’éditeur sur la quatrième de couverture de l’ouvrage. Le jour où ces quatrièmes de couverture seront objectives n’est pas encore pour demain…


Une histoire des loups
Emily Fridlund
Une histoire des loups
Gallmeister - 17/8/2017
296 pages
22,40 €

Emily Fridlund

Emily Fridlund
Emily Fridlund