Glow -  saison 1 [décryptage] 

20/9/2017


Netflix mise énormément sur les séries pour attirer de nouveaux abonnés et force est de constater qu’ils soignent leurs productions et que le résultat est très souvent excellent (Stranger thingsNarcosHouse of cards, etc.) et les univers variés. L’une de leur dernière production en date, Glow – acronyme de Gorgeous Ladies Of Wrestling –, propose à ses téléspectateurs une virée dans l’univers du catch féminin au mitan des années 80, un postulat qui sort des sentiers battus.

Glow


DE QUOI ÇA PARLE ?

Ruth (Alison Brie) est une actrice au chômage qui peine à joindre les deux bouts. Lorsqu’elle se présente à une audition recherchant des femmes « non-conventionnelles », elle ne s’attend pas à postuler pour un spectacle de catch féminin télévisé. Ses finances au plus bas la poussent pourtant à faire de son mieux pour intégrer la troupe. Et ce n’est pas son rejet lors des sélections initiales qui lui fait baisser les bras – sa persévérance et l’intervention fortuite de Debbie (Betty Gilpin), son ex-meilleure amie, convaincront finalement le réalisateur de lui donner sa chance.

Glow


GORGEOUS LADIES OF 80'S

Se déroulant dans les années 80, l’imagerie de Glow est ancrée dans cette époque kitch et c’est l’une des forces de la série : les coiffures permanentées, choucroutes, pantalons taille haute et autres justaucorps fluo sont un pur régal ! Un côté un peu décalé que la série assume à 100% et qui lui confère une saveur particulière. La bande-son forcément 80’s (Pat Benatar, Generation X, Roxette, entre autres) contribue également au charme un peu désuet de la série. Cependant, sous ses airs fantaisistes, ses néons et ses paillettes, Glow est également une série féministe (métaphore sur la lutte quotidienne des femmes engagées) qui met les femmes sur le devant de la scène en même temps que sur le ring.

Si la série n’a pas peur de d’aborder des thématiques délicates, elle semble malgré tout se brider pour rester dans un cahier des charges prévu pour plaire au plus grand nombre. C’est un peu dommage mais pas rédhibitoire pour autant, et on se laisse volontiers embarquer dans cette série qui loue la force de l’amitié et puise son énergie dans l’émulation collective des personnages.

Glow


DES PERSONNAGES SECONDAIRES PARFOIS DÉLAISSÉS

Si le casting est une réussite (les acteurs sont tous très bons) et que les scénaristes ont imaginé une palette de personnages hauts en couleurs, il est dommage que certains de ces personnages n’aient pas l’occasion d’exprimer tout leur potentiel et restent dans l’ombre des protagonistes principaux. Quoiqu’il en soit, ces apprenties-catcheuses sont toutes des femmes fortes à la gouaille désopilante et font souffler un vent frais sur la série.

Glow

EN RÉSUMÉ

Glow est une série plaisante mais qui manque un poil de profondeur pour prétendre à devenir une série incontournable. Le plaisir de visionnage reste cependant entier et la saison 2 ne sera pas boudée.