I Am Not Okay With This - saison 1 [décryptage]

4/4/2020


Après les deux excellentes saisons de The End Of The Fucking World, Netflix adapte un nouveau roman graphique de Charles Forsman et livre à ses abonnés I Am Not Okay With This, un autre drama adolescent. Et puisque l'on ne change pas une équipe qui gagne, Jonathan Entwistle rempile à la réalisation, ce qui fait que les deux séries sont extrêmement proches en terme d'ambiance – dépressive –  et d'atmosphère – désenchantée. Hélas, si The End Of The Fucking World est une réussite, I Am Not Okay With This est autrement plus poussive.

i_am_not_okay_with_this_saison_1


DE QUOI ÇA PARLE ?

Dans un petit bled paumé de Pennsylvanie, Sydney (Sophia Lillis), lycéenne mal dans sa peau depuis que son père s'est suicidé sans prendre la peine d'expliquer son geste, est en proie à des crises de colère violente. La psychologue de son lycée lui suggère de tenir un journal intime pour coucher ses émotions sur le papier afin de parvenir à les canaliser. Mais lorsque les accès de fureur de Sydney commencent à avoir des conséquences surnaturelles, l'adolescente se retrouvent vite complètement démunie.

i_am_not_okay_with_this_saison_1


SÉRIE INITIATIQUE

Solitude, rejet, découverte de la sexualité, décalage avec les parents, recherche de soi, etc. Cette première saison de I Am Not Okay With This coche toutes les cases de la série initiatique. Le cahier des charges est respecté pour plaire au public visé – les adolescents – mais la mayonnaise ne prend pas vraiment. Sans être déplaisante, il manque quelque chose à la série pour parvenir à captiver. Je l'ai regardée d'un œil mon smartphone dans une main, et ça, ça ne trompe pas.

i_am_not_okay_with_this_saison_1


VOUS AVEZ DIT SUPER-POUVOIRS ?

Le plus gros problème de I Am Not Okay With This est que la série ne semble pas savoir quoi faire des super-pouvoirs de son personnage principal. Très mal exploitée, cette composante de l'intrigue ne sert finalement pas à grand chose si ce n'est à introduire la saison suivante où, espérons-le, ces super-pouvoirs seront mieux traités et intégrés dans le récit.

Et si la prestation de Sophia Lillis (aperçue récemment dans Ça – tout comme son partenaire Wyatt Oleff qui joue le rôle de Stanley – et Sharp Objects) est plutôt convaincante, cela ne suffit pas à sauver la série. Pas plus que la plaisante bande-sonore qui dépoussière des tubes des années 80.

i_am_not_okay_with_this_saison_1

EN RÉSUMÉ

Plombée par son côté paranormal très mal traité, cette première saison de I Am Not Okay With This s'avère fort décevante.


A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

ozark_saison_1
lock_and_key_saison_1