Jack Heath - Mange tes morts [critique]

12/3/2018

Prolifique auteur de romans pour enfants, une vingtaine à son actif dont sept ont été traduits en français au cours de l’année 2017, Jack Heath change de registre avec Mange tes morts, son premier texte pour adultes. Changer de registre est un doux euphémisme car, de l’aveu même de l’auteur australien, ce nouvel ouvrage ne saurait être mis entre les mains des mineurs de moins de dix-huit ans. Si cet avertissement s’avère un brin exagéré et relève avant tout d’une approche marketing, il faut malgré tout reconnaitre que Mange tes morts est un texte qui pourrait rebuter les âmes les plus sensibles, et que c’est là tout l’intérêt de ce thriller survolté où planent les ombres de ce cher Dexter Morgan et de Patrick Jane, le célèbre mentaliste.



Timothy Blake a un don : ses capacités hors-normes de déduction et d’analyse lui permettent de deviner ce que les gens cachent et, pour ainsi dire, lire dans leur esprit. Il comprend tout avant tout le monde et résout les énigmes les plus ardues. C’est pourquoi le FBI fait appel à Timothy Blake pour résoudre ses affaires les plus épineuses, malgré la répugnance du service fédéral à travailler avec lui. Une répugnance qui trouve son origine dans les exigences du consultant en matière de rétribution. Thimothy Blake ne réclame pas d’argent, mais une récompense toute particulière… Le corps d’un condamné à mort !

Lorsque Cameron Hall, quatorze ans, disparait en rentrant de l’école, le FBI pense que son consultant va résoudre l’affaire en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, comme à son habitude. Timothy Blake va pourtant se retrouver confronté à un ravisseur aussi malin que lui et qui va l’entraîner dans un jeu du chat et de la souris dont il pourrait bien ne pas sortir indemne.


UN DEXTER MORGAN MENTALISTE

Pour imaginer le principal protagoniste de Mange tes morts, Jack Heath s’est clairement inspiré des personnages de Dexter Morgan et de Patrick Jane. Saupoudrez le côté sombre et borderline du premier du don remarquable d’observation et de déduction du second et vous obtenez Timothy Blake, consultant du FBI anthropophage doté d’une mémoire infaillible et pouvant « lire » dans l’esprit des gens. Mais attention, ceci ne doit en aucun cas laisser penser que Mange tes morts n’est qu’un succédané de Dexter et du Mentaliste, que nenni ! Jack Heath a mis en place dans son roman un univers qui lui est propre, et si Timothy Blake emprunte des traits de caractère aux deux personnages de fiction susnommés, ce ne sont pas non plus des caractéristiques singulières au point de ne pas pouvoir se retrouver dans d’autres personnages. Timothy Blake n’en reste donc pas moins un personnage original et captivant.


UN THRILLER HALETANT 

Car Jack Heath parvient à rendre presque sympathique son personnage de cannibale ne se voilant pas la face sur la bassesse et l’ignominie de ses actes, et donc de sa propre personne. Ajoutez à cela une enquête policière maîtrisée et un style fluide et agréable où se côtoient le gore et l’esprit, et vous obtenez un roman qui se lit d’une traite et avec un réel plaisir.

Et, au vu des qualités « cinématographiques » du récit, il ne serait pas étonnant de voir un jour Timothy Blake débouler sur grand écran. On vous en fiche notre billet !


A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

Couverture Mange tes morts
Jack Heath
Mange tes morts
Super 8 – 22/3/2018
400 pages
19,00 €

Jack Heath
Jack Heath
Jillian Cantor