Jillian Cantor - La Vie secrète d'Elena Faber [critique]

28/2/2018

Fidèles à leur esprit, les éditions Préludes, pour leur nouvelle parution, nous invitent à découvrir une auteure qui n’avait jusqu’ici pas encore eu les honneurs d’une traduction en français. La Vie secrète d’Elena Faber, le roman en question, est pourtant déjà le septième ouvrage de son auteure, Jillian Cantor. Née dans la banlieue de Philadelphie, celle qui vit désormais en Arizona avec son mari et ses deux enfants s’installe donc dans les librairies françaises avec un récit romantique mêlant la petite histoire à la grande qui devrait ravir les lecteurs français férus d’histoire et sensibles au sentiment amoureux.



Autriche, 1938. Kristoff, jeune orphelin viennois, officie en tant qu’apprenti auprès de Frederik Faber, un maître graveur créateur de timbres. Il coule des jours paisibles et heureux auprès de la famille de son professeur et aime en secret la fille aînée de ce dernier, la belle et intransigeante Elena. Lorsqu’éclate la nuit de Cristal et que Frederik Faber disparait, Kristoff et Elena commencent à travailler pour la résistance autrichienne. Très vite, ils se voient pris dans le chaos de la guerre.

Los Angeles, 1989. Lorsque Katie Nelson décide de se séparer de la collection de timbres de son père atteint de la maladie d’Alzheimer, elle y découvre une mystérieuse lettre datant de la Seconde Guerre mondiale. Scellée mais jamais expédiée, et donc non oblitérée, la missive est ornée d’un timbre qui attire l’œil avisé de l’expert qu’elle a engagé pour estimer la collection. Troublés, ils décident de mener l’enquête. Et leurs investigations vont les mener sur la trace de Kristoff et Elena…


RÉCIT DOUBLE

Prenant place à deux époques distinctes, le récit de La Vie secrète d’Elena Faber alterne les paragraphes narrant les évènements se déroulant dans l’Autriche occupée par les nazis avec ceux relatant les investigations de Katie cinquante ans plus tard. L’auteure fait avancer les deux intrigues pas à pas, chacune leur tour, en les liant peu à peu très subtilement et avec talent. Si l’on se doute dès le départ que les histoires des protagonistes de chaque époque sont liées et vont se rejoindre, Jillian Cantor les entremêle adroitement jusqu’au dénouement. Et ce en n’oubliant jamais de développer l’intrigue amoureuse secondaire de Katie qui donne de l’épaisseur au personnage.


DE LA NUIT DE CRISTAL, POGROM ANNONCIATEUR DE LA SHOAH, À LA CHUTE DU MUR DE BERLIN 

Le versant historique du roman est également fort intéressant. Jillian Cantor s’est emparée de faits historiques peu connus (la fabrication de faux papiers par des maîtres graveurs et le rôle des timbres dans la résistance autrichienne après l’Anschluss) pour nourrir son récit et lui donner une dimension imposante. Amalgamés avec le fruit de son imagination, ces faits forment une histoire tout à la fois émouvante et saisissante, tendre et cruelle, singulière et universelle.

La Vie secrète d’Elena Faber est un roman intelligent et bien écrit, un roman qui se lit rapidement et avec un réel plaisir.


A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

Couverture La Vie Secrète d'Elena Faber
Jullian Cantor
La Vie secrète d'Elena Faber
Préludes – 4/4/2018
384 pages
15,90 €

Jillian Cantor
Jillian Cantor
Jillian Cantor