Mindhunter - saison 2 [décryptage]

22/8/2019


Il aura fallu patienter pratiquement deux ans pour voir la seconde saison de Mindhunter, la série produite et réalisée – en partie – par David Fincher, débarquer sur Netflix. Et si la série poursuit sa plongée dans la tête des pires meurtriers des années 70, elle surpasse la pourtant déjà excellente première saison, notamment grâce à une mise en scène léchée.

Mindhunter_saison_2


DE QUOI ÇA PARLE ?

On retrouve les détectives Holden Ford (Jonathan Groff) et Bill Tench (Holt McCallany) au lendemain de la première saison. Toujours assisté par la psychologue Wendy Carr (Anna Torv), le duo poursuit ses interrogatoires de tueurs en série afin de les aider à  mieux comprendre les actes de ces assassins pour coincer ceux qui sévissent encore. D'ailleurs cette nouvelle saison sera l'occasion pour les agents du FBI de mettre en pratique les résultats de leurs recherches afin d'aider la police d'Atlanta à traquer un tueur en série qui s'attaque à de jeunes enfants noirs.

Mindhunter_saison_2


ON EFFACE LA FIN DE LA SAISON 1 ET ON RECOMMENCE

Le dernier épisode de la première saison avait laissé l'agent Ford en fâcheuse posture, le premier de la seconde le réhabilite par un tour de passe-passe un peu facile, le changement du directeur de l'agence. Ce sera la seule paille de cette nouvelle saison et passé un premier épisode sans grande consistance,  Mindhunter reprend le fil de son histoire avec brio. La mise en scène est encore plus exceptionnelle, la photographie digne d'un grand film hollywoodien et on est époustouflé par le soin apporté aux détails par les trois réalisateurs (David Fincher, Andrew Dominik et Carl Franklin).

Mindhunter_saison_2


FASCINATION MORBIDE

Même si elles sont moins nombreuses – enquête à Atlanta oblige : le profilage débute vraiment ! –, les scènes d'interview en prison restent la grande force de Mindhunter. Chacune d'elle est savamment orchestrée et on arrive, de manière presque gênante, à se prendre de fascination pour ses tueurs.

À côté de cela, cette seconde saison tente de creuser plus en profondeur la vie privée de ses protagonistes et, là aussi, c'est diablement réussi. Voir le personnage de Wendy Carr tourmentée par la peur de voir son homosexualité mise à jour (rappelons que l'action se déroule en 1979) et l'agent Tench se déliter à mesure que ses graves problèmes familiaux prennent le pas sur son travail est passionnant.

Mindhunter_saison_2

EN RÉSUMÉ

Encore plus forte que la première, cette seconde saison de Mindhunter atteint un niveau tel qu'on ne décolle pas de son canapé avant d'avoir binge-watché les neufs épisodes !


A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE