Smith Henderson - Yaak Valley, Montana [critique]

18/3/2018

Smith Henderson, 42 ans, est né et a grandi dans le Montana, au sein d’une famille de cow-boys et de fermiers. Après des études de lettres classiques, il devient éducateur spécialisé puis se dirige vers le journalisme. Yaak Valley, Montana, son premier roman, a fait l’objet d’enchères féroces aux États-Unis et a immédiatement été salué comme un futur classique. En France, ce sont les éditions Belfond qui ont décroché la timbale et l'ouvrage y est également unanimement salué. Pourtant, si ce long roman de près de 500 pages est en effet pétri de qualités et très agréable à lire, il est malgré tout difficile de comprendre un tel engouement.


Dans une vallée abandonnée du Montana, Pete, assistant social, jongle avec les oubliés du système. Nous sommes en 1980 et le trentenaire dépenaillé est aussi en perdition que les gens à qui il vient en aide : son ex-femme infidèle ne lui parle quasiment plus, sa fille de treize ans a fugué, et il se noie dans l'alcool pour oublier le misérabilisme de sa vie. Pourtant, lorsqu'il va croiser la route de Benjamin, Pete va tout faire pour venir en aide au garçon qui vit reclus dans les bois sous la coupe de son père, paranoïaque et conspirationniste, tout en essayant de retrouver sa fille.


ROMAN NOIR

Dans Yaak Valley, Montana, tous les personnages, à l'exception de certains des enfants, sont des êtres amochés par la vie dont les qualités ne parviennent pas à prendre le pas sur leurs nombreux défauts. Smith Henderson, qui a côtoyé la détresse de près lorsqu'il était éducateur spécialisé, brosse des portraits puissants et donne vie à des personnages à la dérive tout à la fois riches et complexes ; et c'est là le principal point fort de son roman : la justesse du désarroi qu'il décrit. Des portraits servis par une plume sèche et lucide et par des dialogues ciselés.


ROMAN DIFFUS 

Cependant, ces indéniables atouts sont malheureusement contrebalancés par un récit qui traîne en longueur et par des apartés peu judicieuses. Ces dernières se veulent là pour nous expliquer le parcours de Rachel, la fille de Pete, mais leur place à part du récit principal occulte une partie de leur intérêt – d'autant plus que ne nous savons pas qui sont les personnages qui prennent part à ce dialogue. Sont-ils présents dans le récit principal ? Sont-ce deux personnages qui n'ont rien à voir ? Le lecteur ne saura jamais et restera frustré.

Sans être le chef-d'œuvre que les critiques dithyrambiques à son endroit nous font espérer, Yaak Valley, Montana n'en reste pas moins, même s'il est un peu trop long, un roman fort agréable à défaut d'être impérissable.





A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

Couverture Yaak Valley, Montana Smith Henderson
Smith Henderson
Yaak Valley, Montana
Belfond – 18/8/2016
500 pages
23,00 €

Smith Henderson
Smith Henderson
Smith Henderson
Smith Henderson