Stefan Zweig – Le Joueur d'échecs [critique]

8/2/2021

Publié à titre posthume en 1943, Le Joueur d’échecs est le dernier roman de Stefan Zweig – un roman qu’il a écrit au Brésil pendant les mois qui ont précédé son suicide le 22 février 1942. S’inspirant de sa propre vie de solitude au Brésil où il tue le temps en rejouant des parties d’échecs, Le Joueur d’échecs est un récit-cadre court mais prenant.


Sur un paquebot voyageant de New York à Buenos Aires, se rencontrent deux joueurs d’échecs que tout sépare : le champion du monde en titre, d’origine modeste et tacticien redoutable, et un aristocrate autrichien qui n’a pu pratiquer le jeu que mentalement, isolé dans une prison nazie pendant l'occupation allemande de l'Autriche – quatrième de couverture.

LE GAMBIT DU ROI

Enchâssant trois récits les uns dans les autres, Stefan Zweig prend du temps pour présenter les deux joueurs d’échecs et leur histoire personnelle avant de narrer l’affrontement épique auquel ils vont se livrer. Tout à la fois court et prenant, il n’est pas étonnant que Le Joueur d’échecs soit devenu un best-seller car tous les ingrédients pour cela sont présents dans le récit.


A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

la_métamorphose
24_heures
le_dernier_jour_dun_condamné
le_joueur_dechecs
Stefan Zweig
Le Joueur d'échecs
1943
128 pages

À Propos de l'auteur

Stefan Zweig, est né le 28 novembre 1881 à Vienne, en Autriche-Hongrie, et s'est suicidé le 22 février 1942 à Pétropolis, au Brésil. Il laisse derrière lui une oeuvre pléthorique.

stefan_zweig