The Rasmus - Dark Matters [chronique]

14/10/2017

En activité depuis 1994, c’est seulement dix ans plus tard, avec le single In the Shadows (bien connu dans nos contrées des téléspectateurs de l’émission de télévision On n’est pas couché dont il est l’indicatif musical), que le groupe finlandais a explosé à la face du monde. Extrait de Dead Letters, leur cinquième album, ce morceau allait les propulser au sommet des charts rock à travers le monde. Treize ans plus tard, le combo dévoile Dark Matters, leur neuvième effort. Et la première chose qui frappe à l’écoute de ce dernier, c’est que le rock n’est plus qu’un lointain souvenir pour le quatuor venu du froid.



ROCK IS DEAD

L’incorporation de touches électro dans le rock n’est pas une nouveauté et correspond même à une tendance lourde depuis quelques années, tendance qui a accouché d’albums très intéressants (Sous les brûlures l’incandescence intacte de Mademoiselle K, Gameshow de Two door cinema club, Hard-off de Bloodhound Gang – pour citer quelques exemples récents). Mais quand ces touches électro se font trop présentes au point de dénaturer l’essence même d’un groupe, cela peut interroger. Et c’est malheureusement le cas pour Dark MattersSi vous aimez les riffs de guitare ciselés, passez votre chemin ! Les six-cordes, à quelques exceptions près (Wonderman, le morceau clipé, comme par hasard...), sont noyées dans le mix et perdues dans les limbes des nappes de synthé. La voix singulière de Lauri Ylönen est toujours présente, elle, mais quant au reste…


PROMESSE DE NOIRCEUR NON TENUE

Si le titre et la pochette de cet opus laissent entrevoir de la noirceur, on se demande finalement où cette dernière se trouve. En effet, l’ambiance qui se dégage des dix titres composant Dark Matters est plutôt gaie ; on n’a pas envie de se pendre au sortir de son écoute.

S’il n’est pas désagréable à écouter, pour peu qu’on l’écoute pour ce qu’il est, il faut bien reconnaître que Dark Matters n’a plus grand-chose à voir avec le rock des débuts de The Rasmus. Reste un disque qui tournera une poignée de fois sur la platine puis qui sera aussi vite oublié. Sa plus grande qualité ? Donner envie de se replonger dans l’excellent Dead Letters !


Dark Matters
The Rasmus
Dark Matters
Playground Music - 6/10/2017
35 minutes
Pop-rock

TRACKLIST

1. Paradise
2. Something in the Dark
3. Wonderman
4. Nothing
5. Empire
6. Crystalline
7. Black Days
8. Silver Night
9. Delirium
10. Dragons into dreams

The Rasmus
The Rasmus
The Rasmus

The Rasmus
The Rasmus