You - saison 1 [décryptage]

6/2/2019


Développée par Greg Berlanti (Riverdale, Arrow, Flash, Supergirl) et Sera Gamble (The Magicians) pour la chaîne de télévision américaine Lifetime, You est officiellement devenue une création originale Netflix suite à la reprise du développement par le service de streaming pour la saison 2 en cours de production. Adaptation d’un roman à succès écrit par Caroline Kepnes, le thriller sexy marque le grand retour sur le petit écran de Penn Badgley (Gossip Girl) dans la peau d’un libraire harceleur et psychopathe.

You


DE QUOI ÇA PARLE ?

Joe Goldberg (Penn Badgley) est le gérant d’une librairie à New York. Lorsque Guinevere Beck (Elizabeth Lail) débarque un jour dans son échoppe, c’est le coup de foudre. Joe décide alors de la retrouver sur internet et devient vite obsédé par la jeune femme. Il l’observe et cherche à connaître les moindres détails de sa vie. Persuadé qu’ils sont faits l’un pour l’autre, il va élaborer un stratagème machiavélique pour la séduire.

You


QUAND DEXTER RENCONTRE GOSSIP GIRL

Taillé, de par son casting, pour plaire aux amateurs de séries ados comme Gossip Girl, Pretty Little Liars ou encore Riverdale, You se révèle finalement bien plus sombre et intéressante que ce que l’on était en droit d’attendre d’une série diffusée aux États-Unis sur Lifetime, une chaîne qui ne brille pas par la profondeur de ses programmes.

Si le premier épisode a tout de la comédie romantique éculée (la rencontre sirupeuse entre Joe et Beck), c’est pour mieux lui tourner le dos par la suite, lorsque l’on se rend compte que Joe, sous sa façade de gendre idéal, est un être humain totalement dérangé. 

You


RÉFLEXION SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

You et sa réflexion sur les réseaux sociaux et le manque de protection vis-à-vis de nos vies privées fait froid dans le dos et nous ferait presque devenir parano. En tout cas la série questionne réellement sur notre rapport aux réseaux sociaux et sur ce que nous partageons de nos vies. Elle dessine de plus une intrigue complexe où le manichéisme n’a pas le droit de cité. Rien ni personne n’est jamais tout blanc ou tout noir, à l’image de Joe, fascinant antihéros incarné à la perfection par Penn Badgley.

You

EN RÉSUMÉ

Malgré quelques facilités, notamment dans ses rebondissements, You est un divertissement des plus honnêtes et une bonne surprise.