Anthony Doerr – La Cité des nuages et des oiseaux [critique]

07/08/2022

La rentrée littéraire débute en avance pour moi cette année grâce à Francis Geffard, le directeur de la collection « Terres d’Amérique » chez Albin Michel qui a eu la générosité de me faire parvenir quelques semaines avant leur sortie les deux ouvrages qu’il va publier dans le cadre de la grande messe annuelle de la littérature. J’ouvre donc le bal avec La Cité des nuages et des oiseaux, le nouveau roman, subjuguant, de Anthony Doerr a paraître le 14 septembre.


Un manuscrit ancien traverse le temps, unissant le passé, le présent et l’avenir de l’humanité – quatrième de couverture.


LA (SAGA)CITÉ DE ANTHONY DOERR

Si le bandeau annonçant un « chef-d’œuvre » ajouté par l’éditeur sur le roman est, pour moi, un tantinet exagéré, il faut cependant avouer que La Cité des nuages et des oiseaux est subjuguant. Découvrant Anthony Doerr avec ce livre, je n’ai pas de point de comparaison avec les autres ouvrages de l’auteur mais je referme celui-ci avec une furieuse envie de découvrir ces autres ouvrages. Car si ces derniers sont aussi puissants, aussi pénétrants, aussi intelligents que La Cité des nuages est des oiseaux, alors l’éditeur a raison lorsqu’il présente Anthony Doerr comme étant l’un des plus grands écrivains américains contemporains.

A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

arpenter_la_nuit
celui_qui_veille
lady_chevy
la_cité_des_nuages_et_des_oiseaux
Anthony Doerr
La Cité des nuages et des oiseaux
14/09/2022 – albin Michel
704 pages

À Propos de l'auteur

Récompensé en 2015 par le Prix Pulitzer pour Toute la lumière que nous ne pouvons voir, Anthony Doerr s’est imposé au cours des vingt dernières années comme l’un des plus grands écrivains américains contemporains.

anthony_doerr