Antoine Blondin – Un singe en hiver [critique]

1/2/2021

Il est des livres qui sont encensés sans que vous parveniez à mettre le doigt sur les raisons d’un tel engouement, des romans qui reçoivent des prix littéraires sans que vous compreniez ce qui a poussé les membres du jury desdits prix à les récompenser. Pour moi, Un singe en hiver fait partie de ces catégories tant je ne trouve aucune qualité extraordinaire à ce roman.


Le jeune Fouquet, père d'une petite fille et divorcé, échoue à Tigreville en Normandie. Il loge au Stella, un hôtel tenu par M. et Mme Quentin. Une amitié, qui confine à celle qui unit un père et un fils, se noue entre les deux hommes. Tous deux font des rêves d'ailleurs (la Chine pour l'ancien combattant, l'Espagne pour le jeune homme) : mais si Fouquet aime la boisson, Quentin a juré de n'y plus toucher.


CE N’EST PAS AU VIEUX LECTEUR...

J’ai beau retourner la question dans tous les sens, je n’arrive pas à comprendre ce que les nombreux fervents partisans de Un singe en hiver trouvent au roman. Là où certains se pâment devant une écriture limpide, je baye aux corneilles face à une plume sans grand intérêt. Là où d’aucuns trouvent que le roman évoque brillamment la passion de l’alcool, je ne peux m’empêcher de trouver le livre bien fade comparer à d’autres ouvrages qui ont évoqué le sujet avec bien plus de talent (Le Poison de Charles Jackson, par exemple).

Bref, je me suis ennuyé ferme avec Fouquet et Quentin et je n’ai même pas eu envie de boire un verre pour faire passer la pilule, c’est vous dire !

A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

baiser_ou_faire_des_films
le_poison
factitum
un_singe_en_hiver
Antoine Blondin
Un singe en hiver
1959 – La Table Ronde
274 pages

À Propos de l'auteur

Associé au mouvement des Hussards, Antoine blondin est un écrivain français né le 11 avril 1922 à Paris et mort le 7 juin 1991 dans la même ville.

antoine_blondin