Christine Angot – Le Voyage dans l'Est [critique]

12/09/2021

L’inceste dont elle a été victime, Christine Angot l’a déjà évoqué à maintes reprises dans ses précédents livres ; d’aucuns lui reprochent d’ailleurs de ne pas savoir écrire sur autre chose. Cependant, même si le sujet n’est pas nouveau pour l’autrice, Le Voyage dans l’Est n’est pas un simple livre de plus sur l’inceste de son père, mais un livre important à l’heure où la société française débat de la notion de consentement.


Le Voyage dans l’Est revient sur l’inceste dont a été victime Christine Angot et interroge sur les notions de consentement et raconte l’ascendant d’un père sur sa fille, ainsi que la manipulation psychologique et le ressenti de l’enfant violée.


MON PAPA À MOI, EST UN SALAUD

Des interrogations, Christine Angot en a beaucoup et certaines alimentent ses livres, que son éditeur s’entête à nommer « romans » alors que tout le monde sait pertinemment que l’autrice y raconte sa vie et ses blessures – c’est là une entourloupe somme toute vénielle car personne n’est dupe. Ces blessures, profondes et vivaces, font de ce Voyage dans l'Est un texte puissant sur le silence et l'inaction.

Dans le livre, Christine Angot parle de la psyché de la victime, de sa psyché. Elle dit ce qui se joue vraiment de terreur, de sidération, de culpabilité, de haine de soi, de renoncement, d'annihilation, de dépression, de mort latente. Elle dit surtout que pour elle il n'y a jamais de consentement dans un inceste, même lorsque ce dernier a lieu lorsque la victime à plus de dix-huit ans.

Et si le propos est insupportable, le livre est passionnant car il montre les mécanismes extrêmement pernicieux qui poussent une jeune fille à tomber dans le piège émotionnel tendu par son agresseur, qui la pousse à se taire. Un des meilleurs romans de Christine Angot, assurément.


A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

l_éternel_fiancé
la_fille_qu_on_appelle
enfant_de_salaud
le_voyage_dans_l_est
Christine Angot
Le Voyage dans l'Est
18/08/2021 – Flammarion
224 pages

À Propos de l'auteur

Après trente-quatre ans à Libération, Sorj Chalandon est aujourd’hui journaliste au Canard enchaîné. Ancien grand reporter, il est l’auteur de dix romans , tous parus chez Grasset.

Le Petit Bonzi (2005), Une promesse (2006, prix Médicis), Mon traître (2008), La Légende de nos pères (2009), Retour à Killybegs (2011, Grand Prix du roman de l’Académie française), Le Quatrième Mur (2013, prix Goncourt des lycéens), Profession du père (2015), Le Jour d’avant (2017), Une joie féroce (2019) et Enfant de salaud (2021).

christine_angot