Jules Vallès – L'Insurgé [critique]

18/07/2021

Après dix-huit jours de lecture intensive, j’en termine avec la trilogie de Jacques Vingtras en refermant L’Insurgé. Et ce troisième tome clôture de manière forte la saga écrite par Jules Vallès, une saga prenante qui mérite son entrée récente dans la Pléiade.


Après avoir été un enfant battu et un bachelier indigent, Jacques Vingtras devient un communard convaincu.

MÉMOIRES D'UN RÉVOLTÉ III

Dans ce troisième tome de la trilogie Jacques Vingtras, Jules Vallès expose ouvertement certaines de ses opinions. On le devine donc assez admiratif de Blanqui et proche des idées de Proudhon et de Bakounine. L’auteur se montre également hostile à la République de Thiers comme à l'Empire, et partisan d'une révolution et de l'avènement d'une démocratie sociale – totalement opposé au bonapartisme, il est également opposé au jacobinisme.

Nourri de ces opinions, L’Insurgé est fort logiquement un roman qui pose les bases de ce qui fut à l’origine de la Commune de Paris, une insurrection à laquelle a pris part Jules Vallès et qui lui valu ses années d’exil forcé à Londres. Un roman prenant de bout en bout.


A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

l_enfant
le_bachelier
le_roman_de_jim
l_insurgé
Jules Vallès
L'Insurgé
1886
410 pages

À Propos de l'auteur

Jules Vallès est le nom de plume de Jules Vallez, écrivain français né le 11 juin 1832 au Puy-en-Velay.

Il fut également journaliste (il a fondé Le Cri du peuple) et homme politique (il fait partie des élus lors de la Commune de Paris en 1871).

Comdamné à mort, il est contraint de s'éxiler à Londres en 1871, avant de revenir à Paris en 1880, ville où il mourut le 14 février 1885.

jules_vallès