Marcel Proust – La Prisonnière [critique]

27/07/2021

La Prisonnière, publiée en novembre 1923, soit un an après la mort de Marcel Proust, est le premier des trois textes posthumes qui concluent À la recherche du temps perdu. Ce tome est axé sur le personnage d’Albertine, un personnage qui était absent des premier états du roman et qui finalement est celui qui est le plus souvent cité dans À la recherche du temps perdu. Et si on peut reprocher à ce volume d’être légèrement redondant, je l’ai personnellement adoré grâce à l’analyse pointue et sagace que Marcel Proust fait de l’amour et de la jalousie.


Le thème principal de ce volume est l'amour possessif et jaloux qu'éprouve le narrateur pour Albertine. Après être rentré de Balbec avec elle, il la laisse habiter dans une pièce de l'appartement de ses parents en leur absence, et ce malgré un avis négatif de sa mère ou les hostilités de Françoise sa domestique. Le narrateur est maladivement jaloux d'Albertine qu'il soupçonne d'être attiré par les femmes.


LA JALOUSIE HORRIFIE L’AMOUR

Que c’est bon de passer des journées entières plongé dans La Recherche avec Marcel Proust ; c’est peu de dire que ce rituel estival va terriblement me manquer lorsque j’aurai fini de lire les sept tomes qui composent ce monument de la littérature française. Et La Prisonnière, le cinquième de ces tomes, a été particulièrement agréable à lire, tant Marcel Proust y décortique avec talent et sagacité le sentiment amoureux et la nocuité de la jalousie pour ce sentiment à la base noble. C’est long mais c’est excessivement bon !


A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

du_côté_de_chez_swann
a_lombre_des_jeunes_filles_en_fleurs
sodome_et_gomorrhe
la_prisonnière
Marcel Proust
La Prisonnière
1923 - Gallimard
576 pages

À Propos de l'auteur

Marcel Proust, né à Paris le 10 juillet 1871 et mort à Paris le 18 novembre 1922, est un écrivain français, dont l'œuvre principale est une suite romanesque intitulée À la recherche du temps perdu, publiée de 1913 à 1927. À l'ombre des jeunes filles en fleurs, le second tome de cette suite romanesque, obtient le prix Goncourt en 1919.

Marcel Proust meurt épuisé, le 18 novembre 1922, d'une bronchite mal soignée : il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise à Paris, accompagné par une assistance nombreuse qui salue un écrivain d'importance que les générations suivantes placeront au plus haut en faisant de lui un véritable mythe littéraire.

Marcel Proust