Marguerite Duras – L'Amant [critique]

22/01/2022

En me lançant dans la lecture de L’Amant, prix Goncourt en 1984, je m’attendais à lire un roman lascif, ayant un souvenir lointain de l’adaptation qu’en a fait Jean-Jacques Annaud. Las ! le roman de Marguerite Duras est tout sauf concupiscent. De plus, je n’ai pas tout adhéré au style particulier de l’autrice, rendant ma lecture relativement pénible. Heureusement que le livre est court.


À l'âge de 70 ans, Marguerite Duras nous raconte son adolescence en Indochine et ses. L'autrice évoque un des moments clefs de sa vie, celui où, à 15 ans et demi, elle fait l'expérience de son premier rapport sexuel avec un riche Chinois. Elle évoque également sa famille, sa mère qui la pousse à chercher un riche amant, son grand frère très brutal, son petit frère qu'elle adore ainsi que son désir d'écrire.


L’ENNUI

Parfois, on ne comprend pas. C’est le cas pour moi en refermant L’Amant. Je ne comprends pas le prix Goncourt. Je ne comprend pas l’engouement autour du roman. Je ne comprends pas la réputation de Marguerite Duras. Je ne comprends pas le titre. Je ne comprends pas le style. Pourquoi ? Sérieusement, pourquoi ?

A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

celui_qui_veille
la_plus_secrete_memoire_des_hommes
aneantir
l_amant
Marguerite Duras
L'Amant
01/09/1984 – Minuit
148 pages

À Propos de l'auteur

Marguerite Duras, pseudonyme de Marguerite Donnadieu, est née à Gia-Dinh, près de Saïgon, en Cochinchine française en 1914 et décédée à Paris en 1996 . Romancière, dramaturge et cinéaste, elle a reçu le Prix Goncourt en 1984 pour L'Amant.

marguerite_duras