Oscar Lola – La Race des orphelins [critique]

10/4/2021

Allez savoir pourquoi, il y a des points de l'Histoire qui sont connus de tous et d'autres qui restent plus confidentiels. Dans La Race des orphelins, son second roman, Oscar Lalo a tenu à mettre en avant un de ces points plus confidentiels : la tentative de l'Allemagne nazie pour créer une race aryenne pure et dominante dans des maternités où les enfants étaient bien souvent abandonnés par les parents et « offerts » au Troisième Reich. Ces établissements, nommés les Lebensborns, ont donc produit des orphelins à la chaîne avec des conséquences évidements désastreuses pour ces enfants. La Race des orphelins est un roman poignant qui prouve que la littérature est d’utilité publique.


Qui est Hildegard Müller ? Le jour où il la rencontre, l’homme engagé pour écrire son histoire apprend qu’elle a 76 ans, qu’elle sait à peine lire, à peine écrire. Qu’elle ne connaît rien de ses parents, ne se souvient plus guère de son enfance. Détrompez-vous, Hildegard Müller est loin d’être amnésique. Elle est simplement coupable d’être née entre 1935 et 1945, de géniteurs inconnus mais bons aryens, dans un Lebensborn, ces pouponnières imaginées par le Troisième Reich pour étendre la race supérieure. Hildegard Müller est une graine de SS, elle devait être la gloire de l’humanité elle en est devenu la lie, et toutes les preuves de son origine sont parties en fumée avant la Libération, sous ordre d’Himmler – quatrième de couverture.


AU NOM DE LA RACE

Pour être honnête, je n'ai pas souvenir avoir entendu parler de ces Lebensborns avant de lire La Race des orphelins. Et moi qui croyais connaître toutes les atrocités commises par les nazis, je suis tombé de mon canapé ; si cette abomination ne m'a pas étonné – une parmi tant d'autres, malheureusement –, elle m'a en revanche passionné. Dans le sens historique du terme, cela s'entent. L'être humain est vraiment capable de grandes choses, mais malheureusement aussi bien sur le versant du mal que du bien. Peut-être même plus sur le versant du mal que sur celui du bien, mais nous ne sommes pas là pour parler de ma misanthropie.

Nous sommes là pour parler du talent de Oscar Lalo, un auteur que je découvre avec ce roman qui est seulement son second. Un roman poignant qui met en lumière avec grâce un fait historique peu connu par le truchement de son personnage née dans un Lebensborn et en quête de son identité. Un roman à lire absolument !

A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

le_joueur_dechecs
le_bal_des_folles
queenie
ravage
Oscar Lalo
La Race des orphelins
20/8/2020 – Belfond
288 pages

À Propos de l'auteur

Oscar Lalo a passé sa vie à écrire : des plaidoiries, des cours de droit, des chansons, des scenarii. Quand est venu le moment d'écrire Les Contes défaits, il n'y avait plus de mots disponibles. Alors il les a inventés, et il est devenu écrivain.

oscar_lalo