Richard Adams – Watership Down [critique]

14/05/2022

Watership Down fait partie de ces romans que j’achète et ne lis que des années plus tard, ma pile à lire étant foisonnante du fait de mon syndrome « j’achète tous les romans que j’ai envie de lire bien que j’ai conscience qu’il me faudrait au moins trois vies pour parvenir à tous les lire ». Et si le premier roman de Richard Adams a pris la poussière dans ma bibliothèque quelques années avant que je m’en empare, ses qualités ne se sont pas érodées avec le temps.


Dans la garenne de Sandleford, Fyveer, un jeune lapin qui possède des dons de voyance, a une vision effrayante relative à la destruction imminente de sa garenne. Son frère Hazel et lui ne parviennent pas à convaincre leur Maître Lapin de la nécessité de fuir et se mettent alors en route de leur propre chef avec un petit groupe de onze lapins pour chercher un nouveau foyer.


L’ODYSÉE D’HAZEL

Vendu à plus de 50 millions d’exemplaires depuis sa sortie en 1972, Watership Down est l’un des livres les plus lus et appréciés dans le monde alors même que son manuscrit a été refusé par treize éditeurs avant d’être accepté par Rex Collings, un petit éditeur londonien qui, faute d’argent, ne tirera le livre qu’à 2 500 exemplaires. Et le succès de ce roman est mérité, tant les pérégrinations de ces lapins sont passionnantes et soutenues par une plume alerte et des descriptions féeriques.

Un conseil : ne faites pas comme moi, ne laissez pas moisir ce livre des années dans votre pile à lire !

A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

la_perle
ne_t_arrete_pas_de_courir
en_attendant_godot
watership_down
Richard Adams
Watership Down
1972
544 pages

À Propos de l'auteur

Ce n’est qu’à une cinquantaine d’années que Richard Adams (né en 1920 à Newbury dans le sud de l’Angleterre) commence à écrire. Mobilisé à 20 ans lors de la Seconde Guerre mondiale, il est envoyé en Europe, en Palestine et en Extrême Orient. Diplômé d’Oxford à son retour, il devient le bras droit du ministre de l’Agriculture. Admirateur de Kipling et de Shakespeare, il lui faudra deux ans pour venir à bout de son premier roman, Watership Down, dont il a eu l’idée en inventant des histoires pour faire frémir ses filles. Persévérant, il essuiera de nombreux refus avant de trouver un éditeur. Le succès est immédiat, le roman est adoré de la critique et des lecteurs, et ce encore aujourd’hui.

richard_adams