Sebastian Fitzek – Passager 23 [critique]

22/07/2021

Si la croisière s’amusait sur TF1 au début des années 80, ce n’est pas le cas dans Passager 23, le dixième roman de Sebastian Fitzek. Dans ce dernier, les disparitions s’enchaînent et un flic ayant perdu sa femme et son fils doit retourner sur le bateau où le drame a eu lieu pour enquêter sur une réapparition. Un bon thriller qui pousse à tourner frénétiquement les pages des heures durant.


Imaginez un lieu isolé. Un lieu où disparaissent, année après année, des dizaines de personnes. Sans laisser de trace. Un lieu rêvé pour des crimes parfaits. Bienvenue à bord. La croisière ne fait que commencer...

I AM THE PASSENGER

Dix ans séparent Thérapie – le premier roman de Sebastian Fitzek que j’ai lu – et Passager 23 – le second – mais les points forts et les points faibles de ces deux romans sont exactement les mêmes. Dans les points forts, il y a évidemment le récit prenant parsemé de nombreux rebondissements et la révélation finale inattendue. Cote points faibles, la propension de l’auteur à vouloir coûte que coûte proposer à ses lecteurs des chapitres courts pour « alléger » le récit, selon moi, dessert le roman plus qu’autre chose. En effet, certains chapitres se terminent en plein milieu d’une action, action qui reprend exactement au même moment dans le chapitre suivant : rien ne justifie donc un changement de chapitre dans pareil cas.

C’est dommage car sinon il n’y a pas grand chose à redire sur le roman qui s’avère être un thriller prenant.


A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

une_voisine_encombrante
parasites
le_carnaval_des_ombres
passager_23
Sebastian Fitzek
Passager 23
07/03/2018 – L'Archipel
418 pages

À Propos de l'auteur

Sébastian Fitzek, né le 13 octobre 1971 à Berlin, est un écrivain et journaliste allemand considéré comme le maître du thriller dans son pays.

sebastian_fitzek