Sermons de minuit – minisérie [décryptage]

04/10/2021


Mike Flanagan poursuit sa collaboration avec Netflix avec Sermons de minuit, une minisérie horrifique disponible sur la plateforme de SVOD depuis le 24 septembre où le cinéaste américain officie en tant que scénariste, producteur exécutif et réalisateur. Belle et philosophique, la minisérie prend son temps pour développer son intrigue mais s’avère malgré tout captivante.

sermons_de_minuit


DE QUOI ÇA PARLE ?

Après avoir passé quatre ans en prison pour avoir tué une jeune fille dans un accident de voiture alors qu’il conduisait en état d'ivresse, Riley Flynn retourne sur Crockett Island, son île natale. Pendant son séjour derrière les barreaux, il a perdu sa foi et a par conséquent beaucoup de mal à se réintégrer dans la communauté catholique fervente de l'île. De plus, il trouve le nouveau prêtre mystérieux et à l’intuition que ce dernier trame quelque chose de louche.

sermons_de_minuit


RUE DÉSERTE ET DERNIÈRE CIGARETTE

Les américains ont une expression pour qualifier les séries qui prennent leur temps pour développer leur intrigue : « slow burner ». Sermons de minuit fait indéniablement partie de cette catégorie, tant la minisérie prend le temps de faire connaissance avec son décor, ses personnages, et la psychologie de ces derniers. Et si on ne manque pas de s’interroger pendant les premiers épisodes, on fini immanquablement par être envoûté.

Et si Sermons de minuit comporte finalement très peu d’horreur pure et quasiment aucun jump scares, elle doit sa réussite à son rythme lancinant, à sa lente mise en place, à son ambiance et à son coup de massue finale. Une réussite.

sermons_de_minuit

EN RÉSUMÉ

Aux antipodes des productions horrifiques prônant la surenchère visuelle, Sermons de minuit se révèle lente mais passionnante.


A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

sex_education_saison_3
brand_new_cherry_flavor
ash_vs_evil_dead_saison_3