The Father [coup de cœur]

02/06/2021



Adopté de sa propre pièce à succès, The Father est le premier long-métrage réalisé par le Florian Zeller. Et le film du réalisateur français est un succès critique puisqu’il accumule les récompenses (trente-deux, dont les Oscars du meilleur acteur pour Anthony Hopkins et du meilleur scénario adapté pour Florian Zeller et Christopher Hampton) et les nominations (plus de quatre-vingt-dix). Et tout cela est bien mérité tant The Father, porté par un Anthony Hopkins au sommet de son art, est un film qui brille de mille feux malgré son sujet grave.

the_father


The Father raconte la trajectoire intérieure d’un homme de 81 ans, Anthony, dont la réalité se brise peu à peu sous nos yeux. Mais c’est aussi l’histoire d’Anne, sa fille, qui tente de l’accompagner dans un labyrinthe de questions sans réponses.

the_father


UNE ŒUVRE IMMENSE

Florian Zeller transforme en or tout ce qu’il touche. Écrivain et dramaturge de grand talent, le quadragénaire s’est lancé dans la réalisation avec la même réussite que dans ses autres activités puisque The Father balaye tout sur son passage. Tourné en anglais et porté par deux acteurs monstrueux (Anthony Hopkins au sommet de son art – Olivia Colman bouleversante de justesse), le long-métrage a fait la tournée des Festivals les plus prestigieux, de Sundance à Toronto en passant par Saint-Sébastien, et empilé les récompenses.

Bien plus qu’un simple drame sur la perte de mémoire, Florian Zeller, pour ses débuts au cinéma, donc, a réussi l’exploit de ne pas tomber dans l’écueil du théâtre filmé (rappelons que le film est adapté d’une de ses pièces, Le Père) et propose un film immense, véritable labyrinthe mental pour le spectateur. Le néo-cinéaste joue avec les ellipses et les répétitions pour brouiller les pistes et perdre le spectateur, comme le personnage est perdu dans les méandres de sa mémoire défaillante.

the_father


DÉTRESSE (DU PÈRE) ET TRISTESSE (DE LA FILLE)

Difficile pour le spectateur de ne pas se perdre dans ce récit chaotique, cryptique, tiraillé entre la détresse du père et la tristesse de la fille face aux quiproquos et à l’incompréhension qu’engendre l’état de santé de son géniteur. Le montage au cordeau de Yorgos Lamprinos parachève le tout en faisant tomber la barrière entre réel et illusion. Un chef-d’œuvre, vraiment, il n’y a pas d’autre mot.

the_father

EN RÉSUME

Bouleversant, exceptionnel, inoubliable, à couper le souffle, un coup de maître : pour une fois les superlatifs plaqués sur l’affiche d’un film ne sont pas usurpés !


The Father
Un film de Florian Zeller
2021

A LIRE AUSSI SUR LITTÉRATURE & CULTURE

drunk
le_dernier_voyage
adieu_les_cons